Sélectionner une page


[Communiqué du 17 septembre 2019]

Ministre de l’intérieur du 1er juin 2018 au 5 septembre 2019, notre allié Matteo Salvini avait obtenu des résultats considérables face à l’immigration incontrôlée, réduisant de 85% les débarquements de migrants sur les côtes italiennes. A travers son action, ce n’est pas seulement la frontière de son pays qu’il défendait mais aussi la nôtre. Son départ du gouvernement aura donc des conséquences pour la France, et doit entraîner une adaptation de notre dispositif à la frontière franco-italienne.

En effet, le retour du centre-gauche au gouvernement en Italie marque aussi le retour du laxisme en matière d’immigration. A nouveau, les autorités italiennes se laissent dicter leur politique migratoire par les ONG militantes, et voici seulement 2 jours elles ont accepté le débarquement de 82 migrants à Lampedusa. Un signal de faiblesse dont on peut craindre qu’il soit bien reçu par les ONG, les migrants candidats au départ… et les passeurs.

Face à la nouvelle donne politique en Italie et à la recrudescence prévisible de l’afflux de migrants, j’ai écrit ce jour au Préfet des Alpes-Maritimes et au Ministre de l’intérieur pour demander un renforcement immédiat des moyens humains et matériels affectés à la frontière franco-italienne afin d’accentuer la surveillance et les contrôles. Il faut à tout prix empêcher que nos villes – et Nice en particulier – subissent à nouveau l’arrivée de groupes de migrants comme nous l’avions vécu à plusieurs reprises en 2017.

Philippe Vardon
Candidat à la mairie de Nice
Vice-président du Groupe Rassemblement National – Région PACA
Membre du Bureau national du Rassemblement National